PANTHEATRE


                                                                                Photo Area51 Editore, Italy

 

James Hillman

12/04/1926 - 27/10/2011
 

Hommages

Homages

Homenajes

Omaggi

 

 

Linda Wise

Enrique Pardo

see the 2012 Myth and Theatre Festival with a Homage to James Hillman

PanNYC

 

 

Français

James Hillman

par Linda Wise

La lumière mélancolique de l’automne parisien et la pluie calme de ces derniers jours accompagnent les pensées et l’écoute de souvenirs de plus de vingt-cinq ans d’amitié avec James Hillman.

Je venais d’avoir trente ans lorsque je l'ai rencontré lors d’une tournée de "Pagliacci" en Suisse avec le Roy Hart Théâtre. Il participait aux conférences d’Eranos et, par hasard, nous jouions un soir à Ascona. Il se trouvait que j'avais choisi rien de moins que son “Suicide and the Soul”  (Le suicide et l'âme) comme livre de chevet pendant la tournée; j’étais donc plutôt bouleversée de rencontrer l'auteur à la fin du spectacle - mais cette représentation, jouée à l’extérieur, à côté d’une pizzeria, avec le cliquetis de la vaisselle et les ordres des pizzas comme fond sonore, fut bien le commencement.

Depuis, sa présence a fait partie de ma vie. Que ce soient ses livres sur ma table de chevet, des entretiens avec Enrique et des amis, ou nos rencontres dans différents endroits du monde. Ce n'était pas une présence quotidienne, mais un profond point de référence. Un point de référence qui a fortement changé mon monde. C'était un langage nouveau et une façon de penser qui relativisait tant de choses. C'était un retour au monde aussi. Ce n’était pas toujours facile. En ce qui concernait les idées, James pouvait être féroce, mais à mesure que les années passaient, je sentais que l’admiration plutôt timide que j’avais pour lui, faisait place à une certaine aisance en sa présence et la reconnaissance d’un très belle amitié. Sa «Pensée du Cœur» avait aussi profondément affecté mon propre cœur.

Dans mon travail je ne fais pas référence à James. Je ne parle jamais des archétypes ni de la psychologie archétypale, mais ma façon de vivre, d’entendre, de voir et d'imaginer ont été profondément marquées par son travail. Sans cette rencontre ma vie aurait été beaucoup moins riche.

Et ainsi, avec mes remerciements à l'amour qu’Enrique avait pour James, nous avons partagé ces moments exceptionnels lors de ses magnifiques conférences, des dîners dans différentes villes du monde et des discussions intimes à son chevet. Parmi ces souvenirs il y a un voyage à Florence, où il a donné une conférence dans les collines toscanes sur La Nécessité de Beauté dans nos vies. Margot, sa femme, présentait ses peintures dans une exposition en même temps, et c'est à elle que mes pensées se tournent à présent pour la remercier pour sa grâce, son art et sa dévotion qui faisaient partie aussi de tant de moments riches.

Enrique, Liza et moi-même avons construit et dédié la bibliothèque de Panthéâtre, à Malérargues, à James Hillman et il y a un certain réconfort à savoir non seulement que ses livres sont à portée de main, mais que ces objets précieux contiennent aussi de très chers souvenirs personnels. Et… "sweet dreams" – doux rêves…

Linda Wise
Paris, le 11 Novembre, 2011

 par Enrique Pardo
Paris, le 20 décembre 2011

Chers amis, chers collègues

Notre ami, président d’honneur et principale figure d’inspiration, James Hillman, est décédé le jeudi 27 octobre 2011, des suites d’un cancer, chez lui, dans le Connecticut, en compagnie de quelques amis intimes et de son épouse, Margot Hillman McLean.

Quand quelqu’un de l’envergure de James Hillman s’en va, quelqu’un qui vous a tant donné et à tellement de niveaux, il est difficile de trouver la forme adéquate pour lui rendre hommage et le remercier. J’ai mis du temps à composer mes pensées et à trouver la forme pour le faire. L’Hommage à James Hillman que j’ai écrit est sous forme d’une lettre ouverte adressée à mes amis et collaborateurs artistiques dont beaucoup m’ont souvent demandé POURQUOI son œuvre avait été si importante pour moi, et COMMENT l’aborder  - surtout du point de vue de PANTHEATRE. Je me suis trouvé à l’écrire en français et a l’adresser à mes amis français d’abord. L'article a été traduit en anglais, en espagnol, en portuguais et en italien. Vous pouvez le télécharger sur

Hommage à James Hillman – en format PDF

J’ai exprimé toute mon estime et admiration à son épouse, Margot, pour la qualité d’amour, de compagnonnage et de soin qu’elle lui a prodigué et, comme je l’ai indiqué lors de la première annonce de son décès, j’espère qu’elle pourra partager avec nous la façon dont son mari a affronté la mort. Ce fut une leçon magistrale, à la fois simple et grave et surtout magnifiquement humaine à laquelle j'ai eu la chance, et la peine, d'assister. Il disait : « Pour moi, parler de la mort fait partie de mourir ».

Le Festival Mythe et Théâtre, 2012,  du 7 au 17 août, sera dédié à James Hillman et aura lieu à Malérargues, Centre Roy Hart. J’ai aussi invité Linda Wise à créer une performance ensemble dont le titre sera tout simplement : Hillman.

Ses pensées et son anima continueront à être omniprésentes dans nos vies, dans nos idées, dans nos performances. Ma dette envers lui est immense, comme l’est celle de Panthéâtre. Merci, James.


English
 
James Hillman

By Linda Wise

The melancholy autumn light in Paris and the quiet rain of the last days turns thoughts inwards and gathers memories of over twenty-five years of knowing James.  

I was just over thirty when I met him first on a tour of “Pagliacci” with the Roy Hart Theatre in Switzerland.  He was lecturing at Eranos and we were, by chance, performing in Ascona.     It so happened that I had chosen “Suicide and the Soul” to read on that particular tour, and therefore was somewhat overwhelmed to meet the author after the performance – but that little outside performance performed with the accompaniment of the clinking cutlery and pizza orders of the Italian restaurant next door was the beginning.

From this moment his “presence” has been part of my life.  Whether it was his books on my bedside table, talks with Enrique and friends, or our meetings with him in different parts of the world.  It was not a daily presence but a profound reference point. A reference point that shifted my world strongly.  It was a new language and way of thinking that relativised so much. It was a move back into the world.
It was not always easy.  Where ideas were concerned James could be very fierce but as the years went by I felt my shy admiration for him accompanied by an ease in his presence and an acceptance that the years had turned “connaissance” into a loving friendship.  His “Thought of the Heart” had also entered deeply into my heart.
In my work I do not refer to James.  I never talk about archetypes or archetypal psychology but how I live - hear, see and imagine has been unequivocally informed by his work.  Without this meeting my life would have been far less rich.

And so with grateful thanks to Enrique’s love of James we shared those exceptional times of his extraordinary lectures, dinners in different parts of the world and the quiet talks by his bedside.  Among these was a journey to Florence where he gave a lecture in the Tuscan hills about the Necessity of Beauty in our lives.  Margot, his wife, was showing an exhibition of her paintings at the same time, and it is to her that my thoughts turn now to thank her for her grace, her art and devotion that also were part of so many rich moments.

Enrique, Liza and myself built and dedicated the library of Pantheatre, in Malérargues to him and there is a comfort in knowing that I may still not only reach into his books, but that they like precious objects hold also cherished personal souvenirs …….and “sweet dreams”.

Linda Wise
Paris, November 11, 2011

 by Enrique Pardo
Paris, December 20, 2011

Dear friends and colleagues

Our friend, honorary president and leading inspirational figure, James Hillman, died Thursday, October 27, 2011, of cancer, at his home in Connecticut, surrounded by a few close friends and his wife, Margot Hillman McLean.

When someone of his stature, who has meant so much to you at so many levels departs it is not easy to find the appropriate homage. It took me some time to compose my thoughts. The Homage to James Hillman that I found most appropriate was in the form of an open letter to my friends and fellow artists, many of whom have asked me WHY his work and ideas were so important to me, and HOW to approach his writings especially from Pantheatre’s point of view. The surprise to me was that I started and finished writing in French. I have now translated it into English.

Homage to James Hillman – in PDF format

You can access the French original “Hommage à James Hillman” in PDF format on this site - as well as translations into Spanish, Portuguese and Italian.

I have expressed  to Margot, my appreciation and admiration for the quality of love, companionship and care she offered her husband and, as mentioned in the first announcement of his passing, I hope Margot can share with us how James faced his dying - a masterful lesson, magnificently simple, lucid and human – and so impressive, even awesome, for those who were by his side. He said: "For me, talking about death is part of dying."

The Myth and Theatre Festival, August 7 – 17, 2012, was dedicated to James Hillman.

His thoughts, his anima will continue to be ubiquitously present in our lives, in our ideas, in our performances. My debt to him is immense, as is Pantheatre’s. Thank you James.

Español -  La carta de Linda Wise : aun por traducir

 
James Hillman

 

por Enrique Pardo
París, 20 de diciembre 2011

Estimados amigos y colegas

Nuestro amigo, presidente honorario y principal figura de inspiración, James Hillman, falleció Jueves, 27 de octubre de 2011, de cáncer, en su casa de Connecticut, rodeado de unos pocos amigos íntimos y de su esposa, Margot Hillman McLean.

Cuando alguien de su estatura, que ha significado tanto y a tantos niveles se va, no es fácil encontrar el homenaje apropiado. El Homenaje a James Hillman que me pareció más apropiado es bajo forma de una carta abierta a mis amigos y compañeros artistas, muchos de los cuales me han preguntado a menudo ¿PORQUÉ las ideas de James Hillman eran tan importantes para mí?, y ¿CÓMO abordar sus escritos?, especialmente del punto de vista de Pantheatre. Me llevé una cierta sorpresa al empezar a escribir el homenaje en francés -  solía escribirle y hablar con el en inglés. Estoy trabajando en una traducción al inglés y muy pronto empezaré una al español. Recibirán una Newsletter con el anuncio.

La traduccion al español ha sido publicada en el sito de la Editorial Fata Morgana, en México. El articulo original Hommage à James Hillman, en francés, está disponible en formato PDF en este sito.

Le he expresado a Margot mi reconocimiento y admiración por la calidad de amor, su manera de acompañar y de cuidar de su marido y, como ya lo mencioné en el primer anuncio de su muerte, espero que Margot pueda compartir con nosotros cómo James se enfrentó a su muerte - una lección magistral, impresionante de sencillez, lucidez y humanidad. Nos dijo varias veces: “Para mí, hablar de la muerte es parte del morir.”

El Festival Mito y Teatro 2012, del 7 al 17 de agosto 2012, le fué dedicado.

Sus pensamientos, su ánima seguirán presentes en nuestras vidas, en nuestras ideas, en nuestros trabajos escénicos. Mi deuda con él es inmensa, como lo es la de Pantheatre. Gracias James.

Italiano - ancora da tradurre

 

 

Throw yourself like seed as you walk,
and into your own field...

Leave what's alive in the furrow...

 

Miguel de Unamuno

(tr. by Robert Bly)

 

 

From a photograph by
Margot Hillman McLean

James Hillman